2 octobre 2018

Automne 2018

Voici l'automne en photo
auquel il y aura des ajouts avec le temps.

LP et Renée toujours avec Oli se trouvent ici

Et leur itinéraire est par là
quoiqu'ils sont maintenant de retour au bas des USA (Montana, Wyoming, puis Colorado) et que ce bout est actuellement manquant sur cette carte. Je présume que MonOncle va y remédier bientôt.

20 septembre 2018

Quand ils sont de connivence

Il y a eu une célébration d'anniversaire dernièrement et qui dit célébration, dit rencontre familiale. L'arrivée de tous s'est fait exactement au même moment: accolades avec grandes excitations dans le stationnement puis les 4 cousins disparaissent au sous-sol.

Les adultes en profite pour jaser sans la progéniture autour, c'est une première. C'est qu'ils vieillissent ses mousses! L'heure du souper approche, il faudrait bien ouvrir les cadeaux. Chose dite, chose faite, puis on passe à table. Les cousins ne restent évidemment pas assis longtemps, ça bouffe en moins de deux ce p'tit monde-là et ils retournent tous jouer au sous-sol.

Pendant que Maman ramasse un peu la cuisine, le téléphone de la maisonnée se fait entendre. Bien qu'elle n'y habite plus depuis longtemps, elle y a déjà habité et répond au téléphone (d'autant plus que le numéro qui appelle lui est connu). C'est l'Autre qui se demande si Maman a tentée de la rejoindre.

- Non, pas du tout.
- Ah bon, j'ai reçu deux appels, un à la maison et l'autre sur mon cell.
- Non, ce n'était pas moi.
- Ah ok, désolée de vous avoir dérangés.

Rassurée, elle raccroche. Maman jette un coup d'oeil à son propre cellulaire pour y voir deux appels manqués...qui proviennent tous deux de la demeure en laquelle elle se trouve!! Cette trouvaille fait bien vite éveiller des craintes: qu'est-ce qu'ils font d'autres en  bas que de téléphoner??!!

Maman se rue dans les escaliers pour aller avertir Mademoiselle (parce qu'évidement, ça ne peut être qu'elle). Cousine et Mademoiselle semble avoir beaucoup de plaisir et rigolent ensemble tout près du téléphone du sous-sol alors que les gars sont loin du téléphone et vaquent à d'autres occupations à deux eux aussi.... Maman regarde Mademoiselle sévèrement qui elle se dénonce sans le vouloir...dans la giron de "les mamans savent tout", il n'y a rien de mieux!

- Téléphoner c'est l'fun, répondra-t-elle aux yeux froncés qui la regarde!
- Mouin, b'en tu peux aussi jouer à d'autre chose. Lâche le téléphone.
- Ok, dit-elle avec regret.

Le fun était visiblement pris dans la place! Et la question des interurbains fait soudain irruption dans l'esprit de Maman... "Grand-maman doit avoir un plan, c'est clair que oui... il faut que gr-maman ait un plan d'interurbain....le contraire est impossible...il le faut..." Etant donné que tous les numéros de téléphone que Mademoiselle connait sont tous dans le 819 et qu'on se trouve présentement dans le 450, yé.

Célébrations terminées, on retourne à la maison (dans le 819). On vide le camion, défait les bagages, range tout aux bons endroits, part une brassée de lavage, passe devant le répondeur...il clignote. Maman écoute les messages: un premier de Mademoiselle qui rigole et dit "Allo maman, on s'amuse dans la maison, c'est drôle je suis en bas"...B'en oui.... Puis un deuxième message de Cousine qui mentionne "Allo, c'est Cousine..."

- "dit de Montréal" se fait-elle souffler par Mademoiselle,
 - "de Montréal"
- "ok raccroche", de dire Mademoiselle.

Puis la ligne coupe.

Plus ça change, plus ça vieilli...plus c'est pareil: quand la maison est 'silencieuse', il faut toujours se poser des questions!!!

17 septembre 2018

maison silencieuse

Lorsque le calme sévit, c'est qu'il y a anguille sous roche. A chaque fois, ce dicton était augure de mauvais présage ayant cours. Tenez-vous le pour dit, quand une maison est silencieuse...vous savez le genre trop silencieuse...que ce n'est pas normal que ce soit si silencieux...anormal le calme qui règne à ce moment... que même les mouches s'entendent voler!! Ce genre de silence qui titille l'oreille, c'est celui-là même auquel il faut s'empresser de porter attention.

Pour dresser la longue liste des exploits accomplis en temps calme dans cette demeure, je n'aurais pas assez de la barre de défilement à droite de cet écran qui descend plutôt à l'infini, pour tous vous les raconter.

Il en va d'oeuvre d'art au sharpie indélébile appliqué directement sur un mur de couleur pâle du haut de ses 3 ans à elle, à des créations culinaires maniant des instruments interdits du haut de leur 5 ans (la connivence à deux, c'est toujours bien mieux), à des jeux douteux de sa part à lui mêlant toutou et couches alors qu'il ne porte plus de couche....à une rigolade bien sentie chez les grands-parents en l'absence de maman pas plus tard qu'hier!

Gr-maman souhaitant se reposer, averti gr-papa  de la chose et mentionne qu'il est en charge de la progéniture. Sauf que lorsque gr-papa vaque à ses occupations, le fou rire prend dans la salle de bain, pièce adjacente au sanctuaire de repos de gr-maman. C'est qu'il y a un tirroir de bigoudis dans cette fameuse salle de bain qui a été découvert il n'y a que quelque temps à peine. Je qualifierais ce tiroir d'aimant à enfants au même titre que la seule et unique flaque d'eau qui se trouve au beau milieu de la rue à des milles à la ronde et qui fera qu'ils seront trempés de la tête au pied même si cette dernière ne fait que 20 cm de diamètre et ce, en 5 minutes de sourire fendu jusqu'aux oreilles.

Donc dis-je le fou rire prend. Gr-papa en charge de la progéniture, je vous l'ai dit plus haut, veille, mais pas au grain. Il s'assure que tout est sécuritaire et que mes moineaux ne sont pas en train de casser la barraque, sa barraque à lui en l'occurence. Il mentionne au passage que les moineaux devraient piailler un peu moins fort, mais sans grande insistance, chose que gr-maman lui reprochera un peu plus tard d'ailleurs. Puis, Mademoiselle dont la patience n'est pas la plus grande vertue, trouve un instrument qui tombe pile dans ses cordes du moment et elle passe à l'action, sous le regard amusée de Petit Garçon. Figurez-vous qu'à l'aube de 10 ans, on peut encore faire des trucs qui se déroule plutôt à 4 ans de vie quand un p'tit en a plus que marre. Ainsi donc, Mademoiselle qui voudrait dont avoir les cheveux longs de façon instantannée, s'est elle-même occupée de sa nouvelle coupe de cheveux. Heureusement qu'elle ne s'est pas manquée puisque la célébration de leur 10 ans suivait dans les 2 heures après l'avènement capillaire. Fiou!

12 septembre 2018

le temps d'une bière

Il y a de ces moments précieux dans la vie qu'il faut prendre le temps de savourer. Ils marquent l'une pour le temps, le temps d'une conversation, le temps de vivre le moment présent pleinement et il marque pour l'autre le moment présent aussi, mais un moment privilégié à deux et réponses à ses questions.

C'est ainsi que ce moment fut vécu lorsqu'on jasait assis sur des roches suite à une visite d'un centre d'interprétation marin, où il se trouve une base de plongée et où on y a vu des baleines, une étoile de mer et des béréos.

- Maman, tu as déjà plongée avec des baleines?
- Ça mesure combien une baleine?
- Est-ce que ça peut te manger?

Discours sur la vie marine, explications sur sa faune, contes sur les aventures de plongées vécues dans ce coin de pays.

-Maman, tu étais vraiment contente quand on est arrivée ici?? demande-t-il soudainement.
- Oui, beaucoup.
- Pour vrai?, de renchérir Petit Garçon.
- Oui, pour vrai. Je ne me suis pas exclamée assez?!!
Rires
- Pourquoi? demande-t-il
- Tu as vu ce paysage? Regarde autour de toi et dis moi ce que tu vois? N'y a-t-il rien de plus beau que ce que tu vois ici? de répondre Maman.
-....
- L'eau, le fleuve, la roche... l'étendue, l'espace....le calme....c'est magnifique....c'est magique, de continuer Maman.

Interlude de contemplation .... où a fait irruption une baleine...comme par magie.

- "C'est une peu comme cette bière", de lancer Maman en lui montrant la cannette qui  se nomme la Brise du lac, "elle est en tout point appropriée. Il y a un petit vent chaud, on est sur le bord de l'eau, on jase, on est tranquille, on est bien..."

Il fut tout sourire... On se comprenait.... On a prit un selfie pour immortaliser la chose.... le temps d'une bière!


11 septembre 2018

C'est comme ça que ça se passe


Et une récré de manqué, une!

C'est comme ça que ça se passe par chez nous cette année. Après avoir été vu près de l'hôpital de Gatineau, puis au coeur du quartier night life d'Ottawa, les voici maintenant aux abords de l'école. Vive le temps des pommes particulièrement fructueux cette année!

4 septembre 2018

Rappel en vrac

La fin de l'été en vrac (canot, vélo, rentrée scolaire) et l'été en rappel se trouvent ici

Pour jouer à "Où sont mes Charlies?" suivez ce lien 

Et pour la petite histoire: j'entamme ma 18e année au boulot aujourd'hui même....

3 septembre 2018

merveilles santé


Pour tous vos repas, donner un petit goût santé.🥗

Je vais vous donner la recette de ma nouvelle création santé.


Un pot qui ressemble à ça :  

- Ça prend des carottes (nantaises, non épluchées) coupées en grosses rondelles, puis les mettres dans le bol et tirer sur la corde pour les couper en mini morceaux.

- Faite la même chose pour les concombres , les poivrons et la laitue (fraîchement cueillie dans le jardin).
- Ajouter de la vinaigrette italienne douce. 

- Ensuite vous la servez dans un plateau de n'importe quelle couleure , puis vous allez prendre un verre pas trop gros, disons 8 centimètres de haut, pour le jus.


- Savourez avec du pain grillé!


********************************


Saveur d'été en automne!😅


savourer ceci même si cela n'a pas l'air bon (voir la photo):

Limonade aux framboises assortie de bonbons brillants rose pour gâteau, de zeste de citron et d'un cube de glace pour garder bien frais!

par Alexie

23 août 2018

Vacances "banque de souvenirs"

Je n'ai pas pris beaucoup de vacances cet été et j'avais donc des attentes très hautes pour celles-ci en terme de me reposer et de passer du temps de qualité avec ma progéniture. Chose espérée, chose faite...avec tout plein d'anecdotes comme il y en a toujours avec des enfants, surtout avec mes moineaux je dirais. Ils vieillissent mais par moment l'innocence de l'âge fait encore sortir des révélations incroyables!

Comme cueillir des longues herbes/algues en canot aux Hautes-Gorges pour tenter d'attraper des tortues, rien de moins. Et une personne avertie en vaut deux, un canot ça tangue et quand deux mousses se lavent les mains du même côté du canot, le poids de Maman...ne fait presque plus le poids! Le tanguage était prévisible, mais pas le contre-poids quasi-insuffisant! Heureusement, plus de peur que de mal et on n'a pas prit l'eau, fiou. Ils n'y ont d'ailleurs vu que du feu eux qui se penchaient du même côté.

Suivi par l'annonce que la route arrête à Baie-Ste-Catherine et qu'il faut mettre la voiture sur un bâteau. Après explications sur le pourquoi que la fameuse route arrête et qu'il n'y a pas de pont, Petit Garçon est toujours catégorique: on ne mettera pas la voiture sur un bâteau, ça ne se fait pas, elle va couler. Lui et l'inconnu, la nouveauté, on ne le changera pas. S'en suivi donc une pléiade de questions.... Fidèle à ses habitudes d'anxieux qui doit comprendre et se faire une raison...pour démontrer qu'il a raison...mais à tort!! Maman a (toujours) raison, c'est bien connu.

Bondir de roche en roche avec eux sur la côte-nord a fait ressortir de nombreux souvenirs abitibiens en moi. Souvenirs précieux avec mon frère et là j'avais sous les yeux un héritage qui se transmettait. On a passé beaucoup de temps sur les roches tel que le démontre les photos, mais chaque endroit avait sa particularité. Sauver des gammars, trouver des oeufs, déménager des krill, faire des courses de bâteaux, s'aventurer à marée basse...

- Maman, par où on passe? ne sachant vers quelle roche se dirriger.
- Vous passez par où vous voulez, mais assurez-vous que le chemin est sécuritaire. C'est tout.
- Ah b'en je vais te suivre maman, toi tu es toujours sécuritaire, a-t-elle répondu.

Ouf!! Je me suis étouffée à ce commentaire (moi ayant plusieurs accidents et autres gaffes à mon actif et je ne parle pas de se cogner le pouce avec un marteau ici) et n'ai rien dit ne voulant pas lui fausser ses illusions. Ce n'était vraiment pas le moment sur ces escarpements!

 Visiter une ferme pendant les vacances est pratiquement devenue une tradition maintenant. Cette année les ratons et porc-épic étaient les favoris à l'honneur. La visite de 3 centres d'interprétations marins avec chacun leur type de baleine vedette ont aussi fait grande impression sur les petits. Les bélugas étant les favoris de Mademoiselle et les bleues/bosses étant les favoris de Petit Garçon.

Puis il y a eu l'avènement des dunes. Etre à bout de soufle pour monter une dune de sable en dit long sur la vertiginosité de la pente. Devoir s'arrêter 4 fois pour la monter en dit long sur la longueur de la pente. Que pensez-vous de la descendre en roulant sur soi même ou encore mieux, en faisant 8 culbutes bout à bout? C'a eut les effets escomptés: du gros fun noir...et du sable partout partout, jusque dans les boxer. Au point que Petit Garçon s'est dévêtu dans la voiture pour n'enfiler que ses shorts et n'a rien voulu savoir des gelato de Mathilde pour la cause. Il n'avait que faire de bouffer de la crème glacée alors que les parties lui piquaient sans bon sens! Il fut le premier sous la douche d'ailleurs.

Petit Garçon a aussi eu une autre belle révélation. Il s'est fait un nouvel ami. Ami qui le fait totalement décroché de ce qui le tenait occupé quand ce dernier arrive afin de ne rien manquer de la philosophique phrase énoncée au milieu de la niaiserie tout en mangeant des Pringles de mon ami Dji. Départ duquel survient aussitôt la question: "quand est-ce qu'on va le revoir maman?"

C'est précieux la vie et ces vacances ont été du bonbon: du bon temps, du temps fort, du temps relaxe, du temps d'une richesse inouïe. Des rires, des conversations très songées (et moins songées évidemment), du soleil, le fleuve et l'appel de la nature.

Voici les Beaudoin aux Escoumins en photos!

24 juillet 2018

Eté chaud chaud chaud

Canicule en camp scout, canicule à la pêche, tenons-nous le pour dit, il fait chaud cet été.

Vente de la tente-roulotte, achat d'un nouveau canot, vente du vieux canot, c'est l'été qui bât son plein quoi!

Alors voici l'été en photo: ici.

10 juillet 2018

Grand coeur

Il y a eu un camp scout sous la grande chaleur (oui, oui, il faisait plus de 40 degrés dans le bois aussi) et avec des tonnes de bibittes (moustiques en masse et mouches à chevreuils des plus dévorantes au grand déplaisir de tous). Ces deux facteurs ont été pesant pour tous, louveteaux et animateurs confondus. Mais par la bienveillance, les pauses eau obligatoires, les baignades doublées à l'horaire et doublées en durée, combiné à beaucoup de melon d'eau et de popsicles, personne n'a été malade.

Les souvenirs sont maintenant indélébiles: beaucoup de plaisir, d'entraide et de courses dans les bois ont eu lieu. Dans les cas d'ennuis: on jase aux étoiles pour dire un 'bonne nuit' à maman que les étoiles vont retransmettre puisque tous voient les étoiles peu importe où ils se trouvent et donc le loup s'endort le coeur léger d'avoir 'parlé' à maman.

Les chants font des extinctions de voix aux animateurs... Même après 10 ans de pause, ce camp ne fut pas différent des autres pour ma personne. Après 2 feux de camp, la voix n'était plus au rendez-vous. Heureusement qu'il y a eu interdiction de feu (pour cause de grande chaleur) pendant 2 soirs!

Le seul pépin au tableau: un loup qui s'est coupé et dont l'animateur a dû amener à l'hôpital pour se faire recoudre le tout, des points de sutures étant nécessaire. Par chance (ou malchance, c'est selon), la voiture présente au camp était celle de Maman et que le loup en question était Petit Garçon.

Une fois le doigt nettoyé et emmailloté, l'annonce du départ vers l'urgence s'est faite à Petit Garçon: il y a apparition de pleurs...oups. Il avait été très brave jusque là...pauvre coco, lui qui n'a jamais fait de tour aux urgences...contrairement à sa soeur qui connait bien, elle.

N'ayant point de bouquin dans ses bagages, Maman demande à Mademoiselle de lui fournir son livre à elle. Chose dite, chose faite: elle court vers sa tente pour apporter ladite contribution devant les heures d'attente qui se pointent à l'horizon. Et puis les larmes coulent pour elle aussi et avec grande émotion. La peanut ne veut pas que son frère ait peur et pleurs pour lui, tant que ça prendrait une chaudière pour prévenir l'inondation qui se déroule en ce moment.

Ayant prêtée sa couverture de camp à une amie qui avait froid, Mademoiselle va revêtir la couverture de camp de son frère pour lui envoyer de la force et de l'énergie positive afin de l'aider à passer à travers (la terrible!!) épreuve qui l'attend. Comme quoi tous les trucs sont bons: après jaser aux étoiles, voilà qu'on se vêtit de quelque chose qui appartient à l'autre.

Au retour de l'urgence et en l'absence des loups partient dans le bois, Maman fait les bagages de Petit Garçon qui lui est rendu à la maison avec son autre maman et dormira dans son lit en ce dernier soir de camp. Donc dis-je, Maman fait les bagages et Ô surprise, l'arme fabriquée au camp par Petit Garçon a disparue! Maman maugrée: quel loup a prit une arme qui ne lui appartenait pas....le petit chenapans! Hé bien, figurez-vous que c'était Mademoiselle qui avait pris l'arme de Petit Garçon (en plus de la sienne) pour que l'épée en question participe à la dernière quête du camp et ne soit pas en reste en ce dernier jeu de soirée.

Comme quoi, ils n'ont pas que la date de fête en commun comme je le répète souvent, mais qu'ils ont aussi ce lien spécial qui unit des jumeaux...ma Demoiselle au grand coeur!

Photos du camp par ici

6 juin 2018

mercredi

BONNE FETE GRAND-MAMAN!

Que cette belle journée emplisse ton coeur de bonheur!

Image result for BIRTHDAY CAKE

31 mai 2018

relève

Bonjour,

il n'y a peut-être pas de nouveaux messages publiés ici dernièrement, mais il y a de nouvelles photos si vous parcourez les albums du printemps et de LP et Renée.

Et voici le petit dernier : juin 2018 qui a fait son apparition.

Il y a aussi annonce de la relève. Une certaine Demoiselle désire entreprendre une nouvelle avenue: soit l'écriture web. Je ne vous en dit pas davantage, restez à l'écoute!

17 avril 2018

belle découverte

Une annonce a fait son chemin dans la maisonnée.

Dans la suite des discussions quotidiennes sur le déroulement d'une journée à l'école (relire le début de ce texte-là), cette journée-ci comportait un cours d'éducation physique où le badmninton était à l'honneur. Petit Garçon faisant part que c'était une activité qu'il appréciait beaucoup.

La ville organise des activités de libre participation dont certaines plages portent sur cette même activité. Maman possède une raquette qui date de sa lointaine époque universitaire maintenant, à preuve le ruban du manche qui se désagrège au contact et teint la main en noir charbon solide. Les moineaux, peu importe leur état après toutes ces années, semblent maintenant introuvables. Et les petits ne possèdent pas de raquette. Que rien ne vaille, on file au Pneu Canadien re-équiper tout le monde pour mieux filer à l'école secondaire qui offre du temps de jeu propice à l'horaire: un samedi soir 19h suivant une journée de pluie moche qui a gardé tout ce beau monde à l'intérieur et qui doit maintenant ardemment dépenser de l'énergie avant que les murs n'explosent.

Une fois sur place, on compose différentes équipes et que ne fut pas la surprise de voir que non seulement les petits aiment ça, mais c'est qu'ils sont pas mal bons en plus! Sans trop le vouloir pour les petites jambes, chaque joueur fait courir son adversaire au point que même Maman en a chaud. Maman a même tenté un smash sans vraiment réfléchir, et elle s'est fait fusiller du regard sans tarder et ne doit plus répéter la chose pour laisser une chance aux petites jambes....le repentir fut instantanné!

Au bout d'un moment, Maman remarque l'heure tardive et constate que l'énergie a sortie et qu'il serait bon de rentrer pour mettre ce petit monde au lit. Chose dite, chose faite...en se promettant de retourner jouer au badminton le lendemain, mais en après-midi et dans une école primaire cette fois.

Péripéties printannières (on repassera pour la chaleur) ici

23 mars 2018

TGIF

La semaine fut ponctuée d'aventures mais on est vendredi et c'est un autre jour. Une journée de télétravail méritée ne peut que bien aller. Avec l'annulation d'un concert à Mtl appris la veille, les mauvaises nouvelles sont choses du passé. Que je me dis.

On attaque cette journée au sortir du lit avec entrain.  Ouvre l'ordi, problème de connexion suite au changement de router à la maison. Apporte l'ordi au sous-sol pour le connecter avec un fil puisque sans ce fil, il ne semble pas détecter le réseau seul. Il faut lui donner un coup de pouce au départ pour mieux retourner travailler débranché par la suite. Chose dite, chose faite (va falloir que je contacte le bureau d'aide pour vraiment régler ça une fois pour toute). Ouverture de la boîte de courriels. Il y en a un d'un certain Topa (fallait s'y en attendre).
 *******
(musique d'ascenceur pour l'interlude qui suit)

Former 450 examinateurs de brevets sur un nouveau logiciel apporte son lot de stress. Faire face à 450 esprits critiques dont la job consiste à trouver des erreurs dans un document et qu'on sait qu'ils sont bons dans leur job rend la tâche encore plus effrayante. Changer un outil que ça fait des années qu'ils connaissent sur le bout de leur doigts pour un autre qui fait un meilleur travail mais qui fonctionne différemment ne fait pas l'affaire de tous...Tsé le changement....on le gère tous à notre façon et là je fais face à 450 façons différentes... Il y a évidemment "quelques" mécontents, mais dans l'ensemble ça semble bien passer. La formation fut un succès, j'ai reçu plein d'éloges, ça remonte le moral, il y a quelques inquiétudes qui sont soulevées mais les gens sont en général compréhensifs et c'est d'un grand soulagement.

Une dame va se manifester mais elle en a la réputation et elle est vite rassurée par des messages "politically correct". Fiou.

Puis 3 semaines plus tard, Topa se manifeste. De toute évidence, il n'a pas assisté à la formation et te mentionne en grande pompe qu'après avoir révisé plus d'une fois tout le matériel mis à sa disposition il n'y comprend toujours rien. Il soulève effectivement des bonnes questions (je vous l'ai dit: esprit-critique-bon-dans-sa-job), mais il en soulève aussi vraiment des moins bonnes dont les réponses se trouvaient dans l'enregistrement audio (fait non sans sacré à la sueur de mon front, vive la technologie) ou dans les diapos de ladite formation. Donc même s'il n'avait pas assisté à la formation, il pouvait quand même l'écouter et la voir. Sa litanie insidieuse fut répondue par une litanie polie qui répond à presque toute ces questions et ce, dans la même journée tout en le remerciant pour une erreur trouvée dans le manuel de référence. Dans l'après-midi, je corrige le manuel et une nouvelle version est mis en ligne à la disposition de tous.

(fin de l'interlude et de la musqiue d'ascenseur)
******************
La prémisse de Topa est encore moins polie et plus vindicatrice que celle d'hier. Ca part bien mon matin. Déjà qu'hier il m'avait pompé le système, cette fois je ne veux que l'envoyer paître. Je reprends point par point son courriel pour répondre à chacun mais décide de retirer son nom de la liste d'envoi et ne conserver que les 3 autres noms déjà présents. Le courriel débutant par: 'je me retire de cette conversation et laisse le soin à d'autres de poursuivre' et se terminant par chacun des points répondus...puis j'appuis sur 'envoyer'. Les réponses ne furent pas longue à attendre. La patronne de Topa nous remercie des réponses précises et rapides et indique qu'elle prendra le relais à partir de là. Mon patron me remercie personnellement du temps et des réponses fournies tout en mentionnant que c'est un 'client' connu et qu'il faut apprendre à fermer la porte. Chose que je viens de faire et je suis bien contente de savoir que le boss ne m'en porte pas rigueur. Et c'est là que mon ordi perd le réseau....yé.

Je retourne au sous-sol pour l'aider à retrouver le reseau puis remonte à l'étage me faire un bon café en ayant l'intention de déjeuner. La café sent bon, je prends la première gorgée en regardant le calendrier affiché sur le frigo sans grande curiosité. Il y est inscrit à la date d'aujourd'hui: 'ortho 10h'. Les neurones se connectent: J'AI UN RV à 10h, il est 9h23, c'est à 20 minutes de la maison et je ne suis même pas douchée!! Inutile de préciser que je n'ai jamais bu ce café et que j'ai déjeuné et dîné en même temps au retour dudit rv.

Réseau une fois de plus introuvable. Je rebranche physiquement l'ordi et passe un coup de fil au bureau d'aide informatique. Le gars me répond qu'il ne peut rien faire à distance que je dois les appeler quand je serai au bureau. C'est parce que le gars à qui j'ai parlé mercredi m'a dit exactement le contraire, que le problème est chez moi et que je dois appeler de chez moi. (Ne croyant pas vraiment à l'histoire du gars de mercredi, j'avais demandé à ce qu'un technicien passe me voir quand même....mais ça n'a pas été fait malgré un billet ouvert.) De retour à la case départ....et là excusez moi, je dois aller brancher mon ordi.

TGIF....

14 mars 2018

Florida la 7e!


Une sortie à la plage comme tant de précédentes n'avait pas dit son dernier mot. Il vente cette année. Bien que le vent ne lève pas le sable au point d'avoir les mollets qui picottent constamment, il a pour effet de faire des vagues monstres.

Première sortie à la plage: drapeau rouge. Maman s'aventure dans l'eau jusqu'aux chevilles et rebrousse chemin tellement ça déménage. Deuxième sortie: drapeau jaune. Maman part à l'aventure mais avec masque et tuba seulement, pas de palme étant donné le resac des vagues qui cassent près de la plage.

Les premiers pas sont douloureux, il y a tellement de coquillages et de morceaux de corail mort qui sont apportés sur la plage que ça en fait mal au pied. (Maman apprendra plus tard qu'on les appelle les "toe-braker"....je dirais plutôt "ankle-killer" oui.)

Donc, on fait quelques sauts et part dans les vagues pour éviter ces foutus machins qui vous saignent les pieds.

L'exploration va bien, sable à perte de vue. (Bien sûr, le fond est tout remué et il est impossible de voir autre chose que ça avec ces vagues.) Nage un coup, plonge un peu, ne distingue pas grand chose, paresse sur le dos, contemple le ciel, ce n'est pas chaud, le soleil va faire du bien. Maman revient donc vers la rive tout en scrutant le fond à la recherche DU coquillage qui fera rêver les petits.

Soudainement, Maman se fait lever de 4 pieds dans les airs. Ouf, il y a de la vague qui fait voguer un peu trop la plongeuse qui a l'étourdissement facile dans cette direction. Un regard en avant pour s'apercevoir que la plage n'est pas loin. "Le retour s'est fait vite!" constate Maman. (Évidemment avec ces vagues.) Maman reprend l'exploration marine à la recherche dudit trésor lorsqu'une autre vague la fait remonter un peu trop vite encore. "Décidément, il faut que je sorte de l'eau" de se dire Maman tout en scrutant le fond marin....lorsqu'une vague lui casse sur la tête et l'envoie littéralement au fond de l'eau manger du sable. "Wooohhhh. Ok, ça va faire." Maman met les pieds au fond mais une vague n'attend pas l'autre et la rejette au sol. Elle se lève debout et se retourne pour voir ce qui l'attend du large....pour se refaire jeter au sol encore, mais cette fois sur le dos. La force de l'eau l'entraine sur quelques pieds faisant frotter son omoplate droite sur la sable "AAAAOOOOuuucccchhh! Calv...!" Elle tente tant bien que mal de se relever le plus rapidement possible: "Tabouere: j'ai le maillot plein de sable." constate Maman avec frayeur qui doit tenir son maillot à deux mains pour ne pas le perdre. Elle n'est pas sitôt sortie des vagues qu'elle doit y retourner pour vider le 4 lbs de sable qui a fait son entrée dans ses bobettes! Et tout ça, parmis les toe-braker, yé!!!

Et pendant tout ce temps, le paternel se bidonne du spectacle offert assis bien sagement dans sa chaise au soleil avec les petits qui jouent tranquillement dans le sable.

Maman n'aura que le dos un peu rouge, un avant-bras égratigné et des chevilles qui saignent un peu, mais sans plus....et sans trésor. Ça sera pour une autre fois le trésor, elle n'y retourne pas!

Voici Florida la 7e en image

21 février 2018

Fierté de jeunesse

Il y en a des heures dans la préparation d'un camp scout. Tout se temps de préparation pour le vivre en une fraction du temps investi mais dont les jeunes se souviennent, participent et apprécient tellement que c'est là qu'en est la paye si gratifiante qui permet de poursuivre.

Les louveteaux devaient, entre autres choses, monter un feu sur neige. Ils ont appris la technique et devait la reproduire pour obtenir un feu qui se devait d'être fonctionnel puisqu'il devait faire fondre un bloc de glace. Ce bloc de glace comprenant des diamants (en plastique) élément essentiel dans la fabrication d'une pioche... de diamant.  Cette pioche servant à détruire le portail en obsidiene, une pierre que seule une telle pioche peut anéantir. Ce portail du Méchant une fois détruit empêchera ledit Méchant de remettre les pieds au village de Steve, le personnage principal de l'histoire. Steve ayant mandaté les louveteaux de cette périlleuse mission lors d'une visite à une réunion précédent le camp.

Donc dis-je, les loups devaient  faire un feu. Quatre feux pour être précise puiqu'ils sont répartis en 4 petites équipes. Chacun s'affaire à une tâche, animateurs inclus. Les uns aident par là et les autres par ici, on visite chaque équipe pour observer les progrès et pallier aux difficultés s'il y a lieu. Et c'est là qu'une équipe nécéssite mon aide et que Petit Garçon très fier vante des mérites: ma mère est bonne, ma mère elle va nous arranger ça, ma mère est hot!

La mère en question qui se mettait les mains au-dessus des flammes pour récupérer les diamants de plastique avant qu'ils ne fondent dans l'eau-bouillonnante-agrémentée-d'un-bloc-de-glace-non-encore -fondu par la force aussi-soudaine-qu'imprévue-du-feu en fut tout absourdi!

Tout d'abord un rappel fut fait à Petit Garçon: "y'a pas de 'maman' ici, c'est Bagheera".  Puis les questions s'entrechoquaient dans l'esprit de Maman:
- il est vraiment fier pour parler comme ça devant ses amis;
- pourvu que ça reste;
- si seulement il pouvait s'en souvenir quand l'âge ingrat de l'adolescence frappera;
- mais c'est quoi ce mot "hot" dans sa bouche;
- c'est la 1ere fois que je l'entends dire ça;
- est-ce vraiment de moi qu'il parle!??

Tout ça en refroidissant la main dans la neige pour mieux aller récupérer les foutu bidules de plastique dans l'eau bouillante à mesure que le bloc de glace fond et les libère pour ensuite les remettre aux loups de cette équipe!

Juste pour ce moment privilégié, les longues heures de préparation pour ce camp en auront values la peine!

Le camp en photo

9 janvier 2018

L'émerveillement

Un cadeau de Noël vraiment bien choisi: une carte-cadeau de centre d'achat pour Mademoiselle qui adore magasiner. Elle ne pouvait pas être plus ravie!

Mais elle a été averti: regarde dans tes tiroirs, trouve ce qu'il manque pour compléter ta garde-robe, de quoi as-tu BESOIN, on magasine quand on a BESOIN de quelque chose. Puis Maman et Mademoiselle partent un certain soir en direction dudit centre d'achat.

- Maman, c'est encore loin? demande-t-elle.
- Non, c'est juste là, en pointant le stationnement (rempli de voitures au grand découragement de maman) qui précède un pâté de magasins à la devanture blanche.

- Wooouuuaaaahh, c'est ça!!? C'est le plus grand centre d'achat que j'ai jamais vu!

Mouin, bon. Maman ri un peu devant l'exclamation à la vue d'un centre d'achat à un étage où il est impossible de se perdre et qu'il est possible de tout le parcourir en 30 minutes. Attendez qu'on aille magasiner à Laval ou St-Bruno...ou même Ottawa!

Au premier magasin, Mademoiselle trouve un chandail à peluche rose fluo...mais tsé fluo dans le genre qu'il faut mettre des lunettes soleil pour le regarder! Uni, pas d'imprimé, pas de motif, juste rose.... b'en rose....et en douce crinière de lion. Elle trouve aussi un 2e chandail et un legging marine. Le 7 ans est très serré à la jambe et le 8 ans, on doit faire trois tour de taille pour que ça lui fasse. Mademoiselle est visiblement déçue.

- Il y a d'autres magasins. On va aller voir ailleurs et si on ne trouve rien de mieux, on reviendra ici chercher celui-là.

Le concept ne passe pas....elle regarde Maman d'un air interrogateur. Maman reprend les explications et fait remarquer que c'est un centre d'achats, qu'il y a plein de magasins sous le même toit. L'air interrogateur est devenu incertain. Il n'y a rien de mieux pour apprendre que la pratique, Maman enchaîne donc.

- Tu dois maintenant faire un choix. Si tu veux un pantalon et un chandail, tu ne peux pas acheter ces 2 chandails. Combien de sous as-tu sur ta carte-cadeau?

- Mouin....dit-elle tout en regardant les étiquettes de prix.
Son choix est évidemment vite fait: c'est celui qui nécessite les lunettes soleil qui sera élu. Voyons, à quoi bon même poser la question quand on a 9 ans!

On se dirige à la caisse, elle sort la carte-cadeau de son porte-feuille et doit même signer la facture. Quelle surprise: une fois de plus la joie-émerveillement-excitation se lit dans ses yeux quand la caissière lui tend le bout de papier.

- Ajoute au moins un B après ton nom, de dire Maman après que la magnifique calligraphie de Mademoiselle ait inscrit un prénom bien lisible....

Puis on file vers le deuxième magasin ou le même scénario se répétera: pantalon, chandails, cabine d'essayage assez grande pour y entrer à deux. Choix dans les vêtements étant donné les sous disponible, caisse, facture à signer....Elle trippe b'en raide! Son extase de trouver-essayer-payer-ET-signer est tellement intense, que maman en vient le sourire fendu jusqu'aux oreilles à la regarder aller. Un pur bonheur de la voir découvrir le magasinage en bonne et due forme!

++++++++++++++++++++

Les péripéties d'hiver en photos sont ici.

Mot implanté

Discussion de retour d'école:

- comment ç'a été aujourd'hui à l'école?
(silence)
- Qu'avez-vous fait en (ici choisir entre musique, anglais et édu)?
- M'en souviens pas, répondra-t-il.
- Et toi Mademoiselle?
Elle réfléchi quelques instants puis commence à raconter sur ladite activité, auquel il ajoute (il se souvient soudainement!), puis le souper file.

Maman y apprend aussi que tous les amis de la classe ont eu droit à un "tic tac" (petite menthe) pour avoir bien fait leur travail et les encourager à continuer. Petit Garçon aime beaucoup son professeure. Elle a d'ailleurs donné à tous une canne en bonbon au dernier jours de classe avant Noël. Ce qui a pour effet de lancer Mademoiselle dans un tout autre discours.

Son professeure à elle leur a donné un petit mot au dernier jour de classe....sans bonbon. Ils n'ont pas de jeu libre en classe, seulement le vendredi et juste 20 minutes. Et que Monsieur O du service de garde arrive toujours trop vite pour les chercher et ça fait en sorte qu'ils n'ont que 15 minutes de jeux libre. (Maman en doute, mais bon, on va la laisser vider son sac).

Petit Garçon a des privilèges en classe quand son carnet de comportement est beau. Mademoiselle elle, n'a pas de privilège. Son carnet est seulement une feuille dans lequel elle obtient des collants que les parents signent mensuellement. Le plus de collants possibles, le meilleur. Pas du tout pareil d'une classe à l'autre pour des systèmes d'émulation qui se ressemblent. Mademoiselle est bien déçue quand son frère raconte les belles choses de sa journée (et que ça implique des bonbons!).

- Madame L est bien trop sévèrTe, maman.

++++++++++++++++++++++++++++

Maman est au téléphone avec une préposée de la compagnie X. Après avoir finalement obtenu la ligne et discouré, ça ne tourne pas comme prévu: une surprise fait son apparition. Maman est un peu déconcertée et veut annuler la transaction. Mais Préposée ne peut pas le faire. Quoi??! Comment ça??!
- Oui, oui, on va annuler ça je vais appeler ailleurs.
- Non, je ne peux pas annuler.
- Pardon?
- Je ne peux pas faire ça, de répondre Préposée un peu mal à l'aise.
- Et on fait quoi dans ce cas?!!

Une solution non-ideale mais acceptable est trouvée puis Maman raccroche...un peu frustrée.

- Maman, tu étais un peu sévèrTe au téléphone, de dire Mademoiselle.
- Ah oui....pardon.

+++++++++++++++++++++++++++++++

Petit Garçon: Maman, est-ce que je peux avoir du Tyné-lol?
Maman: Non, le Tylenol ne t'aidera pas pour ça. Tu serais mieux de prendre un anti-inflammatoire comme du Advil.
PG: Est-ce que je peux avoir du ad-bil d'abord?

(Je dois ici ajouter que maman lui à fait lire les étiquettes pour qu'il prononce correctement.)

++++++++++++++++++++++++++++++++

27 décembre 2017

Star Wars

L'instant d'un film, la vie s'est arrêtée tout autour... Il n'existait que deux personnes qui partageaient un moment tout ce qu'il y a de plus privilégié: une maman et son gars. Enthousiasme, rires, interrogations.....une complicité avouée que j'ai la chance de partager avec Petit Garçon et que je chéris intensémment à chaque fois.

A remettre en 2018 certain avec Solo puis en 2019 pour le IX épisode!